vendredi 29 mars 2019

La Terre crie et l’Homme ne l’écoute pas !

   Cela fait quelque temps désormais que les jeunes marchent pour le climat afin de sensibiliser chacun au sort qui l’attend si des efforts ne sont pas  entrepris. De nombreux dégâts ont déjà affecté la faune et la flore mais cela indigne trop peu les consciences ! Il est temps que nous laissions de côté notre égocentrisme et que nous nous intéressions de plus près à ce qui nous entoure.
       
      En effet, notre planète est dans un état critique ! Savez-vous que toutes les 20 minutes, une espèce animale ou végétale disparaît ? C’est-à-dire qu’en un jour seulement, 72 disparitions contre seulement 44 découvertes sont signalées.  Depuis le premier janvier 2019 et à l’heure de la publication de cet article, 6 076* espèces animales ont été décimées ! Si ces extinctions se poursuivent à la même vitesse qu’à l’heure actuelle, les 2/3 des espèces auront disparu d’ici 2100. Ces chiffres révèlent une gestion irresponsable de notre environnement mais il n’est pas encore trop tard pour agir !
        En 2015, L'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) a établi  la liste rouge des espèces menacées dans le monde et a déclaré que :
  •         23 250 espèces de plantes et d'animaux sont menacées d'extinction.
  •      1,9 million d'espèces végétales et animales sont connues, c'est-à-dire décrites et nommées. Selon les estimations, il en resterait entre 10 à 100 millions à découvrir.
  •    25 % des mammifères, 13% des oiseaux et 41% des amphibiens seront très fortement menacés d'extinction dans un futur proche
  •          le nombre total d'espèces menacées a augmenté de 5205 à 23250 depuis 1996.
       Il a également été déclaré que les pays où les disparitions sont les plus fréquentes et rapides sont l'Indonésie, l'Inde, le Brésil, et la Chine, c’est-à-dire de grandes puissances économiques et démographiques émergentes. La France se situe au huitième rang des pays hébergeant le plus grand nombre de populations en danger. En effet, 2043 des espèces menacées au niveau mondial sont présentes sur son territoire en métropole et en outre-mer. 
     
  La faute à qui ? A l'Homme bien sûr !

        Au cours des 65 derniers millions d’années, le taux d’extinction moyen tournait aux alentours d’une espèce par an, mais aujourd'hui, ce taux serait 100  fois supérieur. Depuis 1900, la plupart des mammifères terrestres ont perdu la majorité de leur habitat,  plusieurs centaines de vertébrés sont en sursis et l’estomac des poissons pêchés dans l’Atlantique contient de plus en plus de micro-plastiques. Cela s’explique par la pollution humaine : la déforestation, l’utilisation des énergies fossiles dans l’industrie, l’agriculture, le transport et le chauffage émettent le CO² à l’origine des gaz à effet de serre et donc du réchauffement climatique.  

        La moitié des forêts qui recouvraient la Terre autrefois ont aujourd’hui disparu à cause d’activités telles que l’expansion de l’agriculture et la coupe intensive de bois. Cela engendre la destruction et la dégradation de l’habitat, principales causes d’extinction pour plus de 85% des espèces déclarées en danger de disparition.  Pour mettre un terme à ce fléau, des interventions à grande échelle s’imposent, comme la création et l’entretien de zones naturelles protégées ou encore une utilisation des sols plus judicieuse et plus durable. Bien évidemment il faudrait convaincre les politiques et les entreprises d’appliquer une transition totale vers les énergies renouvelables et de diminuer drastiquement les émissions de CO².

        La surexploitation notamment de la pêche et du braconnage est aussi un problème pour les civilisations en danger. Les pêcheurs se spécialisent dans la pêche d’une ou de plusieurs espèces de poissons mais très souvent, d’autres spécimens, qui n’étaient pas désirés se retrouvent dans les filets et sont rejetés à la mer, bien souvent morts après avoir passé trop de temps hors de l’eau. Le braconnage reste aussi très lucratif puisque chaque année les bénéfices rapportés par l’ivoire d’environ 30 000 éléphants abattus pour leurs défenses s’élèvent à 10 milliards de dollars. C’est pourquoi Il existe des organismes, comme le WWF,  qui font pression sur les décideurs politiques pour obtenir des réglementations plus sévères en matière de protection de la biodiversité à l'échelle internationale ou encore nationale et que des réseaux de surveillance soient mis en place afin de veiller à ce que les commerces de la faune et de la flore ne menacent pas la nature.

         Ainsi, de même que l’Homme a une grande part de responsabilité dans le dramatique processus d'extinction des espèces, il est aussi peut-être le seul à pouvoir sauver la situation s’il se décide à agir.

Quelques espèces en situation d'extrême urgence :






            Ours Polaire



 Population restante
 Entre 20 et 25 000 individus
 Habitat
 Banquise d'Arctique (Pôle Nord)
 Principales menaces
- Réchauffement climatique (fonte des glaces)-Pollution des océans-Chasse
 Estimation de la disparition
 D'ici la fin du siècle
 Autres informations
 -Espèce vulnérable - Carnivore mais les phoques manquent dans son milieu naturel ; l'ours s'aventure donc sur la terre ferme-> conflit avec l'homme -Taux de reproduction en baisse (1 à 3 petits tous les 4 à 5 ans, en général)








          Baleine Bleue


 Population restante
 Entre 1150 et 4500 individus restants
 Habitat
 Océans
 Principales menaces
-Chasse
-Produits chimiques toxiques
-Collisions avec des bateaux
-Prises accessoires dans les filets de pêche
-Pollution sonore
-Réchauffement climatique
 Estimation de la disparition
 Plus de 1 000 baleines sont tuées annuellement malgré la mise en place du moratoire (Accord international sur la suspension de la pêche) 
 Autres informations
 A la tête de la chaîne alimentaire









                Tortue Marine


 Population restante
 Données imprécises mais tendance générale à la diminution
 Habitat
 -Présentes dans tous les océans du monde à l'exception de l'Océan Arctique
-On les trouve dans les herbiers marins des eaux peu profondes de l'Océan Indien ou encore dans les récifs colorés de la Grande Barrière de corail et sur les plages de sable à l'est du Pacifique
 Principales menaces
-Tuées pour leurs œufs, leur peau et leur carapace
-Pêche non durable
-Habitat et lieux de nidation menacés de destruction par le changement climatique
 Estimation de la disparition
Il n'existe pas de données précises relatives à ce critère - certaines espèces ont déjà disparu
 Autres informations
-Il existe sept espèces de tortues marines, à savoir la tortue caouanne, la tortue verte, la tortue imbriquée, la tortue de Kemp, la tortue olivâtre, la tortue à dos plat et la tortue luth 








            Magnolia Wolfii




 Population restante
 Moins de 5 individus
 Habitat
 Risaralda (Colombie)
 Principales menaces
 -Isolement des espèces
-Faible taux de régénération
 Estimation de la disparition
 Autres informations
 -Fait partie de la liste des 100 espèces les plus menacées au monde établie par l'UICN en 2012.
-Étudiée dans le cadre d'un programme de recherche sur la conservation et la propagation mis en oeuvre par l'Université technologique de Pereira

Shelcy Bertrand et Marine Beroudiaux, 6 GTB

*Pour suivre l'avancée de ces chiffres cliquez ici: https://www.planetoscope.com/biodiversite/126-disparition-d-especes-dans-le-monde.html





vendredi 22 mars 2019

Une pièce de théâtre qui vous met K.O


L
es élèves de rhéto de l’ISM ont eu la chance d’aller voir la pièce de théâtre « Je suis un poids plume » au centre culturel de Nismes avec Stéphanie Blanchoud. La comédienne est aussi chanteuseauteure dramatiquemetteuse en scène et est l’actrice principale de la série belge « Ennemi public » revenue sur nos écrans pour sa 2e saisonSon spectacle traite d’une séparation amoureuse qu’elle a surmontée grâce à la boxe. Après la représentation, Stéphanie a pu répondre « en bord de scène » à certaines de nos questions.
-Pourquoi avoir choisi de pratiquer plusieurs professions? Qu’est-ce que cela vous apporte ?
« En réalité, c’est la même profession mais elle est chaque fois exploitée dans un autre contexte. Pour moi, être comédienne, c’est être sur une scène de théâtre comme devant la caméra mais la musique c’est autre chose, c’est aussi de l’art vivant. Il y a quelque chose d’immédiat avec le public, c’est assez complémentaire. »
-Pourquoi avoir choisi de faire de votre séparation amoureuse une pièce de théâtre ?
« Je n’ai pas voulu faire de cette séparation une pièce de théâtre, j’ai voulu faire de ma découverte de la boxe un spectacle. Mais effectivement je me suis demandé ce que j’allais pouvoir raconter au public en dehors de ce que l’on a déjà entendu, au cinéma notamment. Je n’avais pas le niveau d’une future championne de boxe et donc je suis partie de mon histoire en guise de point de départ. J’ai commencé ce sport un peu par hasard quand j’ai rencontré Ben [ndlr : son prof de boxe qui possède un établissement] dans sa salle de boxe, comme je le raconte dans ma pièce, après une séparation. Après ça, le reste est de la fiction. Mais le parcours que je raconte dans l'univers de la boxe est tout à fait autobiographique. »
-Quel message avez-vous envie de faire passer à travers cette pièce ?
« Je voudrais donner l’envie aux gens, aux jeunes qui ont des a prioris ou bien qui ne connaissent pas ce sport, de pousser la porte d’une salle de boxe. Je veux aussi délivrer un  message d’espoir : même quand on croit que l’on est au plus bas, on peut toujours remonter. »
-          -Voyez-vous un lien entre le théâtre et la boxe ?
« Ben dit toujours qu’il m’a emmenée sur son ring et que moi, je l’ai emmené sur le mien. »
Ben : « A la base, je n'étais pas censé être présent sur scène ce soir mais après ce long travail physique avec Stéphanie, j’avais envie de lui rendre l'hommage qu’elle fait en venant à la salle de boxe. Depuis la création de cette pièce, de nombreuses femmes ont poussé la porte de ma salle. Je me dois d’être présent pour elle car je l’ai aidée à devenir ce qu’elle est aujourd’hui. »
Stéphanie : « Dans ce sport de combat et dans le théâtre, on nous inculque l’exigence. Pratiquer la boxe m’apporte beaucoup pour le métier d’actrice, comme la rapidité de réponse, le regard sur l’autre et la confiance en l’autre.»
-A quelle fréquence jouez-vous la pièce ?
« On a l’a écrite il y a deux ans, on l’a d’abord jouée un mois à Bruxelles, et un peu en Suisse. Pour l’instant on est en tournée, on la représente en février et en mars et on finira à Louvain-la-Neuve en avril. En tout on aura joué cette pièce 100 fois. »
-Quels sont vos futurs projets ?
« J’ai un projet de long métrage. Par ailleurs, Ben et moi voudrions agrandir la salle de boxe de Ben, et créer un espace pour que les acteurs puissent y travailler le langage corporel. »

Merci à Stéphanie Blanchoud d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Jusqu’au 3 avril, elle est en représentation au théâtre du Blocry à Louvain-la-Neuve ! Courez vite chercher vos places, vous ne serez pas déçus !!!!!



mardi 12 mars 2019

2 chaines youtube à découvrir de ce pas !


Par ce petit article, j’ai décidé de vous faire découvrir des chaines Youtube qui m’ont interpellée et qui, de mon point de vue, méritent plus de visibilité. Grâce à leur originalité, leur montage, leur contenu soigné et leur format varié, elles sortent du lot. Ces chaînes youtuYo vont vous plaire à coup sûr et vous ne pourrez vous empêcher de laisser un pouce en l’air à la fin de la vidéo !
Premièrement, parlons de « Marie s’infiltre ». Nous devons cette chaine à cette jeune Française qui a déjà une notoriété de 85K abonnés sur Instagram et plus de 6000 abonnés sur Twitter. Mais Marie s’infiltre surtout et principalement sur nos écrans Youtube, comptant sur ce média déjà 173K abonnés. Ses vidéos les plus populaires comptent plus de 600 000 vues et ces chiffres ne font qu’augmenter depuis sa vidéo sur le scandale BFM TV qu’elle a exposé au grand jour. En effet, la youtubeuse s’est fait passer pour une journaliste pour le fameux journal de BFM et a filmé les insultes des gilets jaunes à l’égard de cette chaîne TV qui, lors de divers reportages, avait déformé leurs propos. 

Son sans-gêne et ses questions dérangeantes mettent parfois mal à l’aise mais malgré cela, on en redemande et
 Marie continue à se faire connaitre. Elle tourne en dérision ceux qui se prennent au sérieux comme les vendeuses de boutiques de fringues ultra chères ou les riches voyageurs de Gstaad, une station de ski où l’on met plus en avant son argent que ses talents de skieur. La youtubeuse a notamment lancé une série de vidéos appelées « Le journal du turfu » où, à travers ses blagues, elle nous fait prendre conscience des petits travers de notre société, en se moquant par exemple d’une librairie affichant une légère obsession pour  le 3ème Reich… Ses vidéos sont très bien ficelées,  la morale est amenée subtilement pour que qui veut la comprendre la comprenne !

https://i.ytimg.com/vi/mSRtxG079RQ/hqdefault.jpg?sqp=-oaymwEiCMQBEG5IWvKriqkDFQgBFQAAAAAYASUAAMhCPQCAokN4AQ==&rs=AOn4CLBK30JHQENvx_pgTdAJgTrC80eS3Qhttps://i.ytimg.com/vi/t2fOIbuUGRU/hqdefault.jpg?sqp=-oaymwEiCMQBEG5IWvKriqkDFQgBFQAAAAAYASUAAMhCPQCAokN4AQ==&rs=AOn4CLDT8r5MUHNW36-TCxMfdQU7UP2BjQ




 

yt.pngPour le deuxième compte Youtube que je vous voudrais vous faire découvrir aujourd’hui, j’ai directement pensé à « 2eme peau ». Je le reconnais, cette chaine créée par deux youtubeuses, c’est vraiment mon petit coup de cœur à moi ! Leur univers est très singulier et elles s’approprient à la perfection différents thèmes comme les dégustations en fast-food, la mode, le make up, la déco, la culture… ces deux meilleures amies sont de vraies touche-à-tout ! Qu’importe le sujet, je sais que le fond va toujours m’intéresser car  l’on retrouve leurs petites pattes d’artistes et leur  envie brûlante d'innover !
 Les montages sont dynamiques, très visuels, sophistiqués et le contenu a quelque chose de différent, tout est dans le détail ! Je pense par exemple à une vidéo où Marianne tente d’appliquer les étapes d’un tutoriel de peinture de Bob Ross : elle y reproduit le même décor, utilise la même peinture, a placé le chevalet au même endroit que la vidéo d’origine… bref, elle est perfectionniste dans la réalisation de ses démos, c’est un plus que j’apprécie.
             En résumé, les créatrices de « 2e peau » cassent les préjugés de « la youtubeuse beauté » car elles gèrent bien plus qu’une futile chaîne girly. De plus, elles ont une amitié authentique qui donne du peps et de la chaleur à toutes leurs productions.

Désormais, il ne vous reste plus qu’une chose à faire, courir vous abonner à ces deux chaines!

Lucie Pierret

La Terre crie et l’Homme ne l’écoute pas !

   Cela fait quelque temps désormais que les jeunes marchent pour le climat afin de sensibiliser chacun au sort qui l’attend si des efforts...